Charlotte Taylor : la rébellion des idéaux de la conception

Charlotte Taylor @charlottetaylr est une jeune artiste et designer basée à Londres. Elle forme avec Oscar Piccolo le studio très créatif Dello Studio, @dellostudio.

Son travail se caractérise par sa réinterprétation très singulière de l’architecture.

Petite, Charlotte était fascinée voire même obsédée par le pouvoir architectural des Lego. Elle a d’ailleurs envisagé le métier d’architecte avant d’étudier les beaux-arts au Chelsea College of Art. C’est auprès de son père, concepteur d’éclairages, qu’elle développe une fascination pour l’architecture d’intérieur, qui transparaît dans la plupart de ses projets. Elle cite d’ailleurs Richard England, Ricardo Bofill, Carlo Scarpa et Linda Bo Bardi parmi ses architectes favoris.

Sur Instagram, Charlotte Taylor est devenue célèbre grâce à une série d’illustrations ludiques et numériques illustrant des structures minimales - escaliers, arches et sol terrazzo - qui combinent des éléments réels et des éléments issus d’espaces psychiques, tout droit sortis de son imaginaire.

L’artiste décrit sa démarche comme une combinaison de “pratiques artistiques et processus de création”. Inspirée par le brutalisme, le modernisme et le postmodernisme, tout ce qui sort de l’ordinaire en somme, ses dessins numériques d’intérieurs et d’architectures s’inscrivent dans le prolongement de ses installations à grande échelle. Il y a aussi beaucoup de spontanéité dans le travail de Charlotte, qui n’hésite pas à improviser quand elle s'attèle aux dessins numériques inspirés de ses esquisses papier et photographies.

L’illustration est pour Charlotte, un moyen de tester ses idées, d’explorer les couleurs et les formes, comme anticipation du travail 3D. Il s’agit, pour elle, d’un travail de conception non fonctionnelle : "Je ne veux pas être architecte, mais je suis intéressée par la conception d’environnements" (interview donnée au metal magazine).

Charlotte Taylor a également réalisé une série de vases appelés “objets fictifs” autrement dit, des vases conçus pour habiter les espaces imaginaires représentés dans ses dessins.

Elle a créé les trois pièces thématiques - Staircase, Curve et Wave - en collaboration avec Unique Board, un studio new-yorkais spécialisé dans les éditions limitées d’artistes, imprimés en 3D.

Chacun des designs ont été pensés pour souligner les perspectives, les ombres, la lumière, les tonalités et les couleurs : des teintes pastels dont Charlotte s’est inspirées suite à ses différents voyages au Mexique, en Californie et en Italie. De manière générale, la couleur occupe une place très importante dans son processus créatif. Elle s’inspire notamment des teintes des mouvements Bauhaus et Memphis mais aussi du colorama utilisé par Nathalie du Pasquier, designer membre du mouvement milanais cité précédemment.

Charlotte Taylor - 1
Charlotte Taylor - 6
Charlotte Taylor
Charlotte Taylor
Charlotte Taylor

Son travail, qu’elle décrit comme “architectural, fictif et ludique” commence à émerger et à être reconnu puisqu’elle a récemment reçu des commandes éditoriales du magazine Hole & Corner ainsi que du Elle néerlandais.

Découvert par hasard sur Instagram, et en parallèle d’un échange sur l’écriture d’un article autour du travail de Charlotte Taylor, Elisa Uberti a eu un coup de coeur pour le compte du Studio Lapêche @studio_lapeche, un blog d’images très inspirant dédié à la décoration d’intérieur, aux objets et au design.  … avant de savoir que Charlotte en était la cofondatrice avec la designer Paula Martinez, @paul.a.rch.

Le monde artistique est vaste et si petit à la fois <3

Pour en découvrir d’avantage sur le travail de Charlotte Taylor :

Son site internet

Son compte Instagram

Marie.

MARIEYAT, le label pour les femmes qui bouscule les codes

Découverte via Instagram, MarieYat est une marque coup de coeur, graphique et délicate.

Résolument moderne et révolutionnaire, non conventionnelle, sensuelle et belle !

On vous la fait découvrir.

MARIE_YAT_EXPORTS1__MG_6181.JPG

« Le féminisme n’est pas une tendance, c’est quelque chose dont on doit se rappeler » Maria Yeung, créatrice de MarieYat

MARIEYAT est un label pour les femmes, qui marie les lignes mixant lingerie et maillot de bain. Il est issu d’un projet très personnel, d’un besoin. Née et élevée à Hong-Kong, la créatrice Maria Yeung a déménagé à Londres après avoir obtenu une place dans le cours de BA Fashion Design à la Centrale Saint-Martins, puis a été stagiaire au studio de Hussein Chalayan et dans l'atelier de Yang Li.


En créant sa marque, elle a introduit sur le marché une lingerie confortable, moderne et éthique. Elle intègre à son processus créatif la volonté d’approfondir la mode en tant que forme d’expression et d’assurance, dans le but de créer une lingerie qui résiste au regard masculin.
Pour promouvoir ses produits, elle décide de les mettre en valeur avec des femmes réelles, de tous types de corps et de peau. Pour elle - et elle le revendique - il n’y a pas que la dentelle qui est sexy, le coton aussi ! Dans chacune de ses collections, elle tend à trouver un juste équilibre entre féminité, sensualité, esthétisme et confort, à l’heure où la société veut tout “sexualiser”.

Au quotidien, Maria Yeung s’inspire de ses origines asiatiques, des femmes qu’elle admire, qui l’entourent : sa maman, ses amies … "En termes de recherche, j'ai exploré les femmes dans l'art érotique chinois et les images de femmes qui montrent la vérité sur nos corps - comme les vergetures, les cicatrices et les contusions, que je trouve fascinantes et belles" (citation issue d’une interview pour le Dazed Digital).

L’instagram de MarieYat déborde d’images magnifiques et transparentes, mettant en scène un joli mélange de filles et de corps. Une douce sensualité et un esthétisme très juste émanent de chacun des lookbooks de la marque. On y observe des filles belles, libérées et confiantes, qui ne se soucient pas du regard masculin … et ça fait du bien !

Nous avons eu la chance de l’interviewer …

 

 

Who is behind MARIEYAT ?

MARIEYAT was founded by Maria Yeung, a Hong Kong-born, London based, Central Saint Martins alumni.

What is your background ? When has the brand been created ?

MARIEYAT launched in London in 2015. It all started because I couldn't find the type of fit and style that I really liked, so I wanted to create a brand that focused on comfort and beautiful design by blending the lines between traditional lingerie and seamless underwear.

What is your brand mantra ?

Gentle and uncompromised.

Where are your goods manufactured ?

Consciously made in China, elected for excellence, ethics and in line with the brand's origin.

Why do female bodies inspire you ?

I grew up with women around me and as a woman myself, I naturally wanted to understand more about the female body works and I'm still just as interested and inspired by how different we all look.

Do you think underwear is the most intimate way of women's expression?

I think it's relative and believe intimacy through expression depends on the woman expressing herself. Underwear is definitely an intimate way of expressing one's self, as it almost functions a second skin but we wouldn't say it is necessarily the most intimate way of women's expression.

What would you advise to your customers for them to feel beautiful?

Love and accept yourself from the inside out. Learn to appreciate the parts that you don't like and accentuate the parts that you do.

What does slow fashion mean to you? Are you involved in this process?

As a brand, we aim to be as conscious as possible with the choices that we make. We use natural materials like Cotton for the majority of the collection and in regards to slow fashion, we only produce one collection a year. To us, it means producing pieces to last and since each piece is inspired by one of our friends or women that we admire, there's a lot of love that goes into each design; everything is thoughtfully made.

What is inspiring you?

Cultural women's collectives- so for Collection III, we were inspired by Japanese free divers called Ama Divers. For Collection IV, we are inspired by another women's collective from a culture dear to my heart, so be sure to look out for that. It's these collectives that inspired us to start our own MARIEYAT Swim Club, which is open to all identifying women to come and swim or hangout with us.

What artists do you admire?

Artists such as Cindy Sherman and Jenny Saville.

What would a ceramic done by yourself look like?

I think it would be an abstract object or something in the style of Lucie Rie.


MarieYat est plus qu’une marque qui nous inspire, elle est un état d’esprit, elle bouscule les codes ...

Elisa Uberti aime et s’inspire du travail de Lucie Rie, MarieYat l’a cite également dans notre dernière question. Hasard ou connivence ? On vous laisse deviner ;)

Retrouvez l’univers de MarieYat sur son site et sur Instagram.


Marie.

MARIE_YAT_EXPORTS1__MG_6196.JPG

Crédit photos collection >>> Hannah Diamond

FORMABESTA

Pour ce premier article, j’ai demandé à Marie de Kraft + Paper de rédiger un article sur Formabesta dont j’aime vraiment l’univers, la sensibilité et la manière subtile dont ils travaillent le textile et la céramique, mes deux médiums de prédilection ! J’espère vous faire découvrir ce collectif inspiré et inspirant !

Bonne lecture !

FORMABESTA 2.jpg

FORMABESTA est un collectif d'artistes, formé par deux anciens étudiants du CFGS de la Céramique Artistique de l'EASD Ramon Falcón : Salvador Cidrás et Vicente Blanco, accompagnés par Juan Cidrás, qui explore les limites de la céramique et du textile dans une perspective résolument sculpturale. Ils ont tous trois été formés à la céramique, au textile et à l'ébénisterie, leur offrant ainsi une grande richesse artistique et artisanale.

Les sculptures fonctionnelles de Formabesta sont de véritables constructions géométriques libres, quelque peu inspirées de l’art brut*, anti-conventionnelles.

*concept inventé en 1945 par Jean Dubuffet. On constate d’ailleurs un important retour de l’art brut dans le design depuis quelques années.

Le collectif a organisé sa première exposition “Esgazados” en avril dernier, à la Galerie Vilaseca à La Corogne et s’est concentré sur les formes et les textures du paysage et de l’architecture de son environnement le plus proche : la Galice rurale. Un travail à la base de l'architecture populaire, cherchant ainsi un pont entre l'artisanat et l'art. Des pièces aux combinaisons impossibles, une variété de tailles et de formes complexes.

La technique des vases, initiée par le collectif est très particulière : les céramiques sont créées à partir de pièces assemblées. La surface rugueuse et brute de l'extérieur et la texture émaillée et brillante de l'intérieur fusionnent pour établir de nouvelles relations spatiales entre ouvertures et volumes, créant ainsi de véritables jeux d’ombres et de lumières.

Pour le textile, ils ont étudié les possibilités tridimensionnelles des métiers à tisser, les compositions monochromes permettent de créer des motifs avec des textures utilisant différentes épaisseurs de laine. Ce travail explore les relations entre la texture du tissu, le bois ou le métal du cadre et le pan mural. Une proposition originale d’incorporation d’œuvres textiles dans le monde de l’art.

Le contraste des textures et des matières, le choix des couleurs ainsi que les formes particulières géométriques sont les éléments distinctifs des pièces uniques créées par ce groupe de designers espagnols, qui prône le minimalisme pur.

Formabesta explore la frontière entre l'art, l'artisanat et le design “Pour nous l’architecture est une référence constante … Les artistes d'avant-garde, qui étudient les formes, qui s'inspirent de la nature, de l'architecture, des objets artisanaux, etc., nous intéressent beaucoupLorsque nous avons commencé, nous voulions ressusciter la tradition de la fabrication artisanale en Galice.” (interview donnée au Sight Unseen)

Un joli hommage à leur terre natale,

Marie.

Pour en savoir plus >> www.formabesta.com

Sur instagram >> Formabesta

FORMABESTA 5.jpg
FORMABESTA 6.jpg